jeudi 29 mars 2018

CHL'LU


lA terre qui s'ouvre
lAisse le cri jAillir
de dessous les lignes de lA fécondité
lA lumière 
Chl'lu !
lu ed noéciù
pour À nAître 
l'étoile une !
Agobile ed leune
fArfue ed lu
éclichure edzeur m'ghife 
À mizote
pAreil À un tAtouAge
Au visAge du respect de lA dAme

lA lettre A de pAr lA lumière du jAillissement de lA fécondité devient l'étoile d'A.

Christian-Edziré Déquesnes,
écrit dans la nuit du 29 et 30 mars 2018,
en regardant cette toile puissante, ci dessous,
de Claire 'Manoé' Carrion.


Traduction de l'auteur :
lA terre qui s'ouvre
lAisse le cri jAillir
de dessous les lignes de lA fécondité
lA lumière
Cette lumière !
lumière de l'obscurité
pour À nAître
l'étoile une !
petite chose de lune
feu follet de lumière
éclaboussure sur mon visAge
À moi Autre
pAreil À un tAtouAge
Au visAge du respect de lA dAme

lA lettre A de pAr lA lumière du jAillissement de lA fécondité devient l'étoile d'A.

mardi 27 mars 2018

AU ROUGE DU LOUP













Au rouge du Loup

1.
Au rouge d'un crayon de couleur en bois
Les mots de nuit sonnent mieux... Il n'y
A plus Paris ! Il reste qu'une rue dans
Sa caboche, fêlure !... Puis la trace dans la neige
Sur cette route de nuit qui sonnent encore... Plus
Feutrés et limpides... Surtout des poèmes de nuit dans
Le silence à l'aurore du printemps... Mais il
N'y a jamais eu d'Usine des vents...
Ni de Pays des briques feux... Juste une Sucrerie...

2.
Et des corons. Aujourd'hui, ils tombent en ruines
De désuétudes... Je vois des ruines... Par contre il
Y a eu des Loups, il y a eu
Un moulin ; il y a Le moulin des Loups.
Et un vieux Loup regarde les ruines... Il est
Là, il a été vu en pays de Picardie...
C'est lui, là, en éclaireurs ou éclair rieur ?
À la piquette du jour... au p'tit jour... À
L'aurore qui convient au Loup et sa meute.

En vers arithmonymes de 9,
les 26 et 27 mars,
sur la route entre Paris et Dwai

mardi 13 mars 2018

LES LETTRES À LIZH' LHAUR' - 5. Ch' Caùt !

- Ch' Caùt ! Le Chat !
de Jacques Cauda,
peintre surfiguratif. -



- 5. Por l' Caùt dech l'Onme...

Ch' Caùt gris dech l' Onme , i' a dévié ! Adon énne Moétresse ale sin tcheur to't arteurné,arteurné ed ché arteurné pi vrémint brainmint to't sin thiot tcheur i' ét arteurné à cheule Moétresse... pi à mizote étou ! À cose eque j'r'inpinse à min bio Caùt Dylan, ej' l'avo tel'mint kére chti'laùl... J'in braye coére quaind din cop i'arpache conme énne farfue din m' souvenainche... Awé, j'in braye coére bin dé fos... Adon ej' conno l' inminche bleuze dech l'Onme, dech pore garchon eque cheule Moetresse ale aù kère conme chi ch'étot étou sin prope fiu... in pore fiu equ' i' n'aù pu sin Caùt gris... Ale aù cheule souvenainche dech Caùt quaind i' éto to't thiot inreulé edzeur s'manme, i' n'avo foke quiètes mos, ale i' bayo in muchette dé croké'tes qu'ale avo ed muché din s' poke sains rin edvié a ale s' Fihle pi chl'Onme eque cheule Moétresse, ale aù kère conme chi ch'ét étou sin fiu... I' y n'aù certainemint énne rute pétée ed jin equ' i's edvieré « i' foét nin s'in rinde maùlate por in déviache ed caùt à cose equ' in caùt ch'ét foke in caùt ! » abon à ceusses tertouss-laù, mi, ej leu er'dvie « vozoetes tertouss vo's éte foke quiètes onmes sin tcheur... Moé l'Caùt din Onme, paréhl à in pore fiu d'énne Moétresse, ch'èt sapréï, ch'ét l' Caùt  ! ".


[traduction française de son picard mental par l'auteur]
Pour Le Chat de l'Homme...

Le Chat gris de l'Homme, il est mort ! Alors une Dame a son cœur tout retourné, sans dessus dessous puis réellement énorme tout son petit cœur il est retourné à cette Dame... puis à moi aussi ! Car je me souviens de mon beau Chat Dylan, je l'ai tellement aimé celui là... j'en pleure encore quand d'un coup il repasse comme un feu follet dans mes souvenirs... Oui ! J'en pleure encore bien des fois... Donc je connais l'immense blues de l'Homme, de ce pauvre garçon que la Dame elle aime comme si c'était son propre fils... un pauvre fils qui n'a plus son Chat gris... Elle a ce souvenir du Chat quand il était tout petit enroulé sur sa main, il n'avait que quelques mois, elle lui donnait en cachette des croquettes qu'elle avait de cacher dans sa poche sans n'en avoir rien dit à sa Fille puis l'Homme que la Dame, elle aime pareille à si c'ét aussi son fils... Il y en a cerainement une rude floppée de gens qui diraient « il ne faut pas se rendre malade pour la mort d'un chat car un chat c'est seulement un chat ! » alors à tous ceux là, moi, je leur répond « vous autres tous vous n'étes seulement que quelques hommes sans cœur... Mais le Chat d'un Homme, pareil à un pauvre fls d'une Dame, c'est sacré, c'est le Chat ! ».

En Dwai, le 13 & 14 mars 2018,
dans la nuit et vers ma... d'Âme.
Christian-Edziré Déquesnes.



lundi 12 mars 2018

LES LETTRES À LYZH' LHAUR' - 4. Why Wih Bobby 'Blue' Bland ?


4. En RAM... de Guaderre...

Arth', je reprend ta route, la chaussée me mène déjà à L'Ecluse et même plus loin à découvrir tantôt la boîte à surprise à ouvrir de La Conserverie [commune de Vault-Vraucourt] puis je souviens que je suis Personne, une nuit d'octobre 2017, quand je cherche un hôtel afin de rassembler..., dans une chambre d'Homme qui ne sera plus aux trains  ...les morceaux de gris bris de mon âme en 1000 fendue. Depuis je suis vent... Je suis cailloux... Je suis de sables blancs... Appelez moi 'Vent de cailloux des sables blancs' ! Avant Mazaucourt, le Corbeau ! [c'est un grand Corbeau qui apparaît sur ma droite ! je ne crains rien puisqu'il n'y a plus aucune superstition. Bientôt je suis plus loin de l'au-delà de l'usine des vents où il n'y plus rien à ré-inventer... À RAM, je descends, en merveilles de Guaderre, bientôt Monsieur Bobby 'Blue' Bland me lance 'Hello !'... J'avance libre et marche heureux, maintenant !

Un magnifique chat, tigré gris, blancs et cendres, dors sur son cousin rouge-bordeaux dans la caisse noire que j'ai amené avec moi.
Le 12.03.2018.

mardi 6 mars 2018

DIT À LOGUE - 1.

- JAAAzz selon JAAAck
Jazz-peinture-surfigurative de Jacques Cauda 

   
Didikeulalie Didika Koeurspurs
5 mars, 14:22
VERSION D'essai film/ MUSIC ZAPPA >>>DIT à LOGUE 21/02/18//20:53>>
Christian-Edziré Déquesnes + Didikeulalie Didika Koeurspurs ===>
===> https://youtu.be/ee2GpmUVUJM

jeudi 1 mars 2018

LES LETTRES À LYZH'LHAUR' - 3. Tryptique à Alain Bashung.

Les 3 portraits surfiguratifs d'Alain Bashung sont de Jacques Cauda.
Les mots-souvenirs de Christian-Edziré Déquesnes.
À Jean-Luc Galus
- Les 1 & 2.02.2018.
Chère Lyzh'Lor',
Avec vous, je désire le partage
de ces mots en souvenirs
d'Alain Bashung.
Tête de Bite et toi vous enregistrez, des disques 33 tours pour l'orchestre revival en rock pour à petits prix uniques être vendus aux dames de France et que collectionnent de nos jours les fans de Burt Blanca puis je me souviens que des années plus tard déjà en joueur de pensées de blessures tu es à Usinor city que je n'y suis et que mon frère de blues me confie '...sa voix la même qu'en 83 au théâtre municipal de Denain(59) toujours abrasive plus sans doute que la maladie - mais la veste flotte déjà. -...' . Ô, maudit blues ! Pourquoi t'a-t-elle reconnu ? T'a salué ? T'a happé ? Mais nous n'allons pas chialé car nous savons que l'homme à tête de choux et toi, vous vous êtes offert du bon temps à penser des blessures mais pas toutes car ce n'était pas l'objectif de l'innovation des opérations puisque tu recherches alors déjà juste l'iconoclaste vertige de l'Amor à te surpasser au-delà des pitoyables scènes de managers en panier de crabes  de ces  variétés avariées têtues, machines et à affaire de fric, de la sainte chansons françaises. 


Ô, maudit blues ! Et j'y gagne dans le désordre à me souvenir te voir jouer aux gansters avec le Flamant blues d'Ostende et comme dans À Ostende découvrir Roland l'homme de Boom guitariste de la Lulu de Charles puis Marc Ribot un autre guitariste qui ne joue pas vraiment comme d'autres. Je me souviens que tu remporte en Musique un Tour de France pour allez tantôt Osez Joséphine  comme pareil à l'arrière d'une Dauphine en chanson chevaucher Madame rêve, aussi en tournée avec ta petite entreprise contre les formatages publics tu délivres une Gaby relookées qui offre aux spectateurs la bonne surprise que de penser blessure en matière de tube ce n'est pas faire du mal à son voisin, bien au contraire c'est lui redonner une chance de saisir que le droit du choix à faire de la différence c'est témoigner du respect en m'enfermant pas l'un et les autres dans ces certitudes si rigides qu'elles finissent par assassiner l'éclat du Bijou Bijou de nos libres arbitres de beaux joueurs. Ô, maudit blues ! Pourquoi, au sommet de ton art, t'a-t-elle happé ?
                                                                           
Ô, maudit blues !
Ô, maudit blues ! Elle t'enveloppe déjà, je n'en sais portant rie mais moi qui jamais en concert n'a été t'entendre ; merde,  Live cela veut dire vivant ! Sur un coup de tête, je me décide en  toutes minutes, dans les dernières, de me rendre à l'un de tes rendez-vous. Dés ton entrée en scène, je capte que je vais devoir reprend un second ticket pour une inévitable séance finale puisque visiblement, il n'y a pas photo, sans vergogne, bien déterminée Angora t'accompagne affichant qu'il n'y a plus à chercher d'issue de secours. Ô, maudit, cela en corps me glace le dos l'écoute de la déclinaison de la longue prière  en tes chansons lors de cette soirée : comme un légo je t'ai manqué hier à Sousse volontaire Samuel Hall Vénus l'irréel La nuit je mens je tuerai la pianiste what's in a bird légère éclaircie ma petite entreprise à perte de vue happe caravane résidents osez Joséphine river deep moutain high fantaisie militaire madame rêve trapèze to Bill, là où, Chloé, ton épouse te rejoins sur la scène vertige malaxe. Un fois, en corps, tu reviens pour nous lancer 'Je vous aime !' avant de chanter la toute dernière...    Night In White Satin.

LES LETTRES À LYZH'LHAUR' - 2. Histoire au Diddley du vent.


Le 01.03.2018
À Scripta 21.

Lui ici tiens bon alors qu' Hic!'Elle a fondu : pluie incessante et froide, 'On peut empêcher l'orage d'éclater mais la pluie finie toujours par tomber'. La Bergère de neige est en Ulster et les filles sont dans l'unité de l'Indigo tandis que les garçons lèvent leurs poings contre les mains droites des bras tendus. Comment CELA va sans numéro ? Il a bien réussi a quitter The Village et il est a nouveau libre à Dwai où plus de n° , ici, pour Lui et c'est bien-sûr Diddleydoux ! Diddley bisous à toutes et tous... Comme à l'époque des 45 tours roses et de la Femme à effets Diddley qui jouait de la guitare-moumoute en manteau de fourrure, à tous les coups c'était fatal ! C'était terriblement Bach & Blues comme le gris picard, irrésistible donc toujours ! Puis beau et l'énergie de la Lettre écrite pour toi, ce jour, Lyzh'Lor' dans les passages des impers et manques, là je passe où je manque de ne pas chuter car 'quand j'entends le mot culture, je sors ma guitare électrique' comme l'aboie le Chien de Faïence mais en réalité c'est le cri de mon Loup rouge de révolution dans l'incandescence indécente des surfiguratifs BleuNUITS du surromantisme puis en-corps le vent des cailloux des sables blancs. Aujourd'hui, je suis Le Corbeau de Feu de neige qui s'immole pour La Biche... (Tu es aujourd'hui, La Biche) ...sur la ligne du proverbe gallois qui annonce, révèle : 'Noël c'est une fois l'an, Le Loup pour la vie ! Trouvé et lu dans la vieille vitrine la petite librairie de Laugharne.

Tu me demandes si j'entends ce vent qui passe et qui chante 'Quoiqu'il arrive, je suis là pour toi mais m'entends tu ? Je suis le vent qui passe pour qui ? Pour quoi ?' alors que je n'entends que toi et CELA, vent du qui ? pour toi, vent du quoi ? pour moi ? CELA souffle ! Quoiqu'il arrive ? Le vent arrive... Il arrive, il est ! À l'ouest, il perd le Nord et au Sud il le retrouve, à moins que CELA soit l'inverse ou plutôt tantôt l'un, tantôt l'autre.

Personne n'a jamais pu mettre le vent en bouteille, c'est CELA sa force ! 
Ecris à deux voix, 
avec des mots-Diddley dans le verbe spontané de Scripta 21 et 
le liant surromantique de Christian-Edziré Déquesnes
en brodures de la voie nouvelle en BleuNUIT.


L'AIR DE LA ROUTE de Bruno Sourdin

Un livre de Bruno Sourdin qu'il faut découvrir car il démontre que le souffle de la BEAT GENERATION souffle toujours au présent et ...